Faire du shopping son métier, en voilà une belle perspective d’avenir. Mais qu’est-ce que signifie exactement travailler au service Achats et qu’est-ce qui a changé au cours des derniers mois? Jaqueline et Thomas vont apporter quelques précisions.

 

Bonjour Jaqueline, bonjour Thomas, quelles sont les tâches que vous assumez au sein du service Achats d’ALDI SUISSE?

Thomas: J’ai débuté ma carrière chez ALDI SUISSE en 2005 au poste de Responsable régional des ventes. Après avoir ensuite exercé pendant plusieurs années la fonction de Directeur des achats dans l’ancienne succursale d’Embrach, je suis devenu Buying Director à la Centrale d’achat en 2009. Depuis 2012, je m’occupe entre autres du groupe de marchandises «Fresh Meat and Fish». Jaqueline fait partie de mon équipe depuis 5 ans et demi. Nous travaillons en étroite collaboration avec différents services, fournisseurs et partenaires externes. Les tâches que nous effectuons vont de l’acquisition de nouveaux fournisseurs et du développement de nouveaux articles jusqu’à l’accompagnement des articles en vente. Cela comprend notamment l’appel d'offres, la dégustation, la négociation et la rédaction du contrat ainsi que l’observation régulière du marché.

Y a-t-il un projet qui vous tient particulièrement à cœur?

Jaqueline: Il s’agit sans aucun doute de notre projet de bœuf de pâturage bio ALDI. Celui-ci permet de garantir que les veaux mâles de race laitière puissent grandir eux aussi dans leur exploitation d’origine.Très souvent, ils ne représentent aucun intérêt pour l’agriculture biologique car ils ne donneront pas de lait. De plus, ils profitent du lait de leur mère pendant 150 jours dans leur exploitation d’origine, l’utilisation des antibiotiques peut ainsi être réduite au strict minimum.

Est-ce qu’au cours des derniers mois, votre travail a changé à cause du coronavirus et si oui, dans quelle mesure?

Thomas: La crise du coronavirus a eu un impact certain sur notre travail quotidien. La fermeture des frontières et des établissements de restauration a entraîné une forte hausse de la demande en viande fraîche. Ces changements subits ont naturellement nécessité une étroite collaboration avec les fournisseurs afin d’assurer la disponibilité de la marchandise et l’optimisation des délais de précommande. De plus, nous avons dû faire des demandes auprès de nos fournisseurs pour l’achat de nouveaux articles dans des délais restreints. Il a donc fallu faire preuve de flexibilité des deux côtés

Quelles sont les leçons que vous avez tirées de cette période particulière, à titre personnel et pour votre travail d’équipe?

Jaqueline: Pendant cette période particulière, nous avons naturellement remarqué à quel point il est important de travailler main dans la main, au sein d’une équipe. Il faut également réagir avec flexibilité lorsqu’une nouvelle situation se présente. D’une part, cela nous a confronté à de nouveaux défis et d’autre part, nous avons bien vu qu’ensemble, nous pouvons tout surmonter.

Thomas: C’est aussi mon avis; je suis très fier de voir que mon équipe s’est admirablement bien débrouillée durant cette période. De plus, cette situation nous a permis de découvrir des possibilités d’optimisation de nos processus, notamment en ce qui concerne les demandes urgentes de fournisseurs ou la fréquence des commandes.

Merci à tous les deux pour ces anecdotes passionnantes!